Un peu d'histoire

 

BREF HISTORIQUE DE LA TC ET DU PROJET QUATRO VARAS

La Thérapie Communautaire est née au Brésil en 1987, au sein d’une favela de Fortaleza.

Elle est née d’une nécessité. Là, toute une population de migrants - petits paysans qui avaient dû quitter leur terre suite à la grande sécheresse de 1979-1983 - avaient planté leurs cabanes sur un terrain occupé légalement. Lorsque pour la 3ème fois, la Police a incendié et rasé ces abris de fortune – ces gens comme leurs maisons, ont été littéralement écrasés, réduits à rien.

A la demande de son frère Airton qui avait fait le choix radical de vivre avec eux dans cette favela, Adalberto accepta de recevoir gratuitement, en consultation individuelle à la Faculté de médecine où il enseignait, 1 puis 5 puis 10 de ces migrants les plus fragiles qui en avaient perdu la tête.

Bien vite, il s’aperçut avec ses étudiants que toutes ces personnes présentaient le même type de troubles de perte de l’identité, renvoyant à leurs difficiles conditions de vie et à un contexte tout à fait nouveau pour ces migrants.

Devant l’afflux des demandes, Adalberto décida, en accord avec son frère, d’aller voir sur place, à la favela, quel type d’aide thérapeutique plus adapté aux besoins de cette communauté, pourrait être envisagé.

En demandant à cette grande famille d’exclus, « jusque-là, qu’est-ce qui vous a permis de résister, de tenir debout dans les moments difficiles ? », et en croyant et s’appuyant sur les ressources individuelles et collectives de ces migrants, Adalberto leur offrit la possibilité de reconstruire chacun leur maison intérieure avec le soutien et l’aide du groupe, de retrouver en eux-mêmes le courage, la force de rebâtir encore une fois leurs cabanes.

C’est ainsi que pour faire face à une situation inédite, en s’appuyant également sur sa formation et son expérience d’accompagnant de thérapies familiales, Adalberto posa les bases de ce qu’il a appelé un peu plus tard la Thérapie Communautaire.

La Thérapie Communautaire ne se réduit pas à une aide individuelle des participants. En valorisant les compétences locales, elle crée une dynamique et permet l’émergence d’une conscience collective et d’un engagement citoyen. A travers les échanges et la réflexion, elle incite la communauté à prendre des initiatives, à répondre elle-même à ses besoins et plus amplement, à ceux de la favela toute entière.

C’est ce qui rapidement donna naissance au “Projet Quatro Varas”. En réponse aux besoins exprimés lors des séances hebdomadaires de TC, il créa un jardin communautaire de plantes médicinales traditionnelles puis avec le soutien et la collaboration de la Faculté de médecine de l’UFC1 un petit laboratoire produisant de manière artisanale, tisanes, sirops, gélules… Plus tard, est née la “maison de santé” où des thérapeutes populaires dispensent des massages contre le stress.

Pour aider les enfants et adolescents en souffrance et pour tenter de les soustraire aux dangers de la rue, il créa d’abord le groupe d’Art-Thérapie et le groupe de théâtre, puis la petite “Ecole de la vie” qui accueille les plus jeunes durant la demi-journée où ils ne sont pas à l’école. Fournir assez tôt un groupe d’appartenance à ces enfants et adolescents est apparu et s’est révélé de fait, le meilleur moyen de prévention contre la drogue et les gangs.

D’autres activités éducatives ont existé durant un temps, à l’initiative de bénévoles de la favela comme la radio communautaire, les groupes de sérigraphie, de foot-ball, de papier mâché, ou le groupe de surf animé en partenariat avec une ONG hollandaise.

Si la Thérapie Communautaire était une aide réelle pour tous ces gens de la favela en quête d’identité, mon expérience d’institutrice spécialisée pour l’enfance dite “inadaptée” et en échec scolaire, me laissait aussitôt à penser qu’elle pouvait également rendre grand service à ces enfants mais aussi à leurs parents et à toutes ces familles de nos quartiers dits “sensibles”, à nos “favelas existentielles” selon l’expression d’Adalberto. Aujourd’hui, je peux même dire que la Thérapie Communautaire peut être un aide précieuse pas seulement pour les populations en situation de précarité mais pour chacun d’entre nous, qui que nous soyons, car “personne n’est si riche qu’il n’ait rien à recevoir et personne n’est si pauvre qu’il n’ait rien à donner”.

Très touchée par le “Projet Quatro Varas” - par ce qu’il réalisait mais d’abord par l’esprit qui l’animait - j’ai voulu d’une part le soutenir et d’autre part le faire connaître en France. 

En 1995, nous étions suffisamment nombreux à être sensibles à la proposition de ce Projet, pour avoir le désir que la Thérapie Communautaire puisse se développer au Brésil mais aussi chez nous. Avec ces objectifs et en veillant à être fidèle à l’esprit du “Projet Quatro Varas”, nous avons créé l’association “les Amis de Quatro Varas”.

En France, nous avons travaillé à préparer le terrain pour qu’un jour il soit possible d’y semer la Thérapie Communautaire et avons largement contribué à son développement en organisant conférences et journées de sensibilisation à cette pratique. Dès 2006, l’IFTS2 a bien voulu organiser les stages de formation, en nous faisant confiance et en nous laissant toute notre place dans l’animation de ces stages.

En 2010, lorsque notre association a été sollicitée pour devenir l’AETCI-A4V3, nous avons tenu à conserver en second, le nom “Amis de Quatro Varas”, pour ne pas oublier nos racines et d’où nous vient le souffle et le dynamisme qui ont donné naissance à la Thérapie Communautaire et nous ont animés jusque-là.

J’espère de tout cœur que ce cadeau précieux reçu d’une favela du Brésil nous animera encore longtemps. Je le souhaite pour nous-mêmes, pour tous les espaces de Thérapie Communautaire existants et à venir, je le souhaite également pour la seconde génération des acteurs du “Projet Quatro Varas” ici présents.

Christiane Fénéon, discours prononcé pour l'ouverture des Premières journées européennes de TCI à Echirolles, le 23 Mars 2013

UFC : Université Fédérale du Ceará

2 IFTS : Institut de formation des Travailleurs Sociaux

3 AETCIA4V : Association Européenne de Thérapie Communautaire Intégrative – Amis de Quatro Varas

 

Contact

AETCI-A4V
3 rue Paul Claudel, 38100- Grenoble (France)

© 2012 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode